Soudan du Sud: Nouvel Accord de Paix

0
932
Un nouvel accord de paix a été signé le 12 septembre par les belligérants au Soudan du Sud. Sur la photo, le Président sud-soudanais Salva Kiir (à droite) serre la main de son rival, Riek Machar, à Addis Abeba, en Ethiopie, le 12 septembre 2018. Photo MINUSS/Nektarios Markogiannis

C’est au siège de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, à Addis Abeba, en Ethiopie, que le Président sud-soudanais, Salva Kiir, et son ancien Vice-Président, Riek Machar ont signé un nouvel Accord de Paix.

Signé sous l’égide de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), une organisation régionale, et de l’Ethiopie, le document met fin à cinq années de conflit au Soudan du Sud.

Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies a appelé les signataires de l’Accord à l’appliquer « intégralement et sans exclusive à la fois dans sa lettre et dans son esprit, afin que le peuple du Soudan du Sud puisse enfin recevoir les dividendes de la paix qu’il mérite ». Pour le chef de l’ONU, toutes les parties doivent « impérativement » et « immédiatement » cesser les hostilités au Soudan du Sud.

Dominik Stillhart, Directeur des opérations du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), déclare « qu’il est important que la solution politique à laquelle aboutiront les négociations en cours prenne en compte les besoins quotidiens des civils sud-soudanais, en particulier des groupes marginalisés tels que les femmes. »  À ce jour (pour l’année 2018), 69 enfants et 47 femmes blessés par arme ont été pris en charge dans des hôpitaux soutenus par le CICR. À cause du conflit, des dizaines de milliers d’enfants sont privés d’école et beaucoup ont été séparés de leurs parents.

Selon l’ONU, la voie à suivre demeure difficile et la communauté internationale doit rester saisie de la situation au Soudan du Sud pendant la mise en œuvre de l’accord. L’Organisation se tient prête, en étroite coordination avec l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et l’Union africaine, à aider les parties à appliquer l’Accord.