Nigéria : 13 personnes libérées

0
762

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a participé au transfert de 10 femmes policières et de trois professeurs d’université, libérés par l’opposition armée et remis aux militaires nigérians.

L’opération – à laquelle le CICR a participé en tant qu’intermédiaire neutre – a eu lieu dans le nord-est du Nigéria, à la demande des parties au conflit armé en cours.

« Nous sommes si heureux que ces 13 personnes aient recouvré la liberté, et qu’elles aient la possibilité de revoir leur famille », a déclaré Patrick Youssef, directeur régional adjoint pour l’Afrique.

Le CICR n’a pris part à aucune des négociations qui ont abouti au transfert de ces 13 personnes. L’opposition armée a remis les 13 personnes aux représentants du CICR qui ont assuré leur transport et leur remise aux autorités nigérianes. Cette action est similaire à celles auxquelles le CICR a participé en octobre 2016 et en mai 2017, lors du transfert aux représentants des autorités nigérianes des « lycéennes de Chibok » qui avaient été libérées.

« Un grand nombre de personnes sont portées disparues ou retenues contre leur gré en raison du conflit », a déclaré M. Youssef. « Cela provoque des traumatismes et des souffrances indicibles, y compris pour les familles qui, dans l’ensemble de la région du Lac Tchad, doivent vivre jour après jour dans l’incertitude et l’angoisse quant au sort d’êtres chers dont elles n’ont aucune nouvelle. Nous espérons que ces personnes auront, elles aussi, prochainement la chance de retrouver leurs parents et leurs proches ».

Le CICR reste disposé à fournir des services humanitaires analogues à l’avenir, si les parties au conflit concernées lui en font la demande.

Au Nigéria, le CICR apporte protection et assistance aux personnes touchées par le conflit armé et la violence, en particulier dans le nord-est du pays et les États du centre et du delta du Niger.