Kazakhstan: présence dans l’arène mondiale

0
98
Nursultan (précédemment Astana), capitale du Kazakhstan.

Auteur: Zhanar Aitzhanova, Ambassadeur du Kazakhstan auprès de la Confédération Helvétique et observateur permanent auprès de l’Office des Nations Unies à Genève.

Le 9 juin l’élection présidentielle aura lieu au Kazakhstan. C’est un moment très important, car le chef d’État que le peuple choisira sera appelé à orienter le pays et définir les tâches et priorités pour le gouvernement qui pourront avoir un impact non seulement dans le pays mais aussi au-delà. Il s’agira également de gérer et clarifier toute incertitude possible par rapport à l’avenir du pays après la transition politique.

L’élection est le moment de prendre du recul, de faire le bilan des résultats acquis et d’établir de nouveaux objectifs et priorités. Nous estimons que la position du Kazakhstan dans le monde a du succès notamment grâce à sa politique étrangère dite « multivectorielle » et à son pragmatisme. Ceux-ci ont permis au pays de devenir un acteur clé d’importantes initiatives stratégiques allant de l’intégration économique eurasienne à la coopération renforcée avec l’UE et au partenariat stratégique avec les États-Unis.

Par ailleurs, dans les domaines de la paix religieuse, de l’harmonie et du respect entre les divers groupes ethniques notre pays se situe au premier plan tant au niveau mondial que régional. Cette sérénité et cette ouverture d’esprit ne sont pas passées inaperçues dans le monde, comme l’illustrent le Congrès des dirigeants de religions mondiales et traditionnelles organisé par le Kazakhstan et le Processus d’Astana en tant que plate-forme pour les pourparlers sur la Syrie.

Election présidentielle à venir

Le Kazakhstan a pris des mesures concrètes pour améliorer l’égalité des genres et promouvoir le rôle des femmes dans les milieux d’affaires et en politique. Nous recevons maintenant les fruits que portent nos efforts. Je peux souligner avec fierté que la liste des sept candidats inclut la première femme candidate à la Présidence, Daniya Yespayeva du parti Aq Jol.

Un autre aspect des élections sur lequel les experts se sont penchés est la compétitivité et l’équité du processus des élections. Cela est compréhensible puisque la région, l’Asie Centrale, dans son ensemble continue de mettre en place les institutions et mécanismes démocratiques nécessaires pour garantir des élections justes et ouvertes.

Le Kazakhstan a toujours accueilli les observateurs ainsi que leurs contributions constructives lors des élections précédentes. Pour cette fois-ci nous estimons que plus de 1.000 observateurs internationaux de dix organisations internationales et de pays étrangers se rendront au Kazakhstan pour l’élection. Le gouvernement a officiellement invité le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH), l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la Communauté des États indépendants et autres organisations. Ces derniers effectuent leurs missions présentement dans le pays.

Partenariats économiques

Le chemin vers le succès passe par la diversification économique, le progrès social et le renforcement des liens avec nos partenaires économiques. En soi l’Initiative de la Route de la Soie représente une excellente occasion d’utiliser pleinement notre capacité transitaire afin de faire passer le Kazakhstan du statut de landlocked country à celui de land-linked country, autrement dit, rendre le pays qui est sans accès à la mer ouverte un pays lié au reste du monde.

Avec nos partenaires, nous investissons beaucoup dans la construction d’une nouvelle route commerciale qui réduira de trois fois la durée du transport de marchandises de l’Asie à l’Europe. En conséquence, notre pays est maintenant considéré comme une importante passerelle vers le marché chinois.

En tant que membre nouvellement adhéré à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le Kazakhstan s’est engagé à renforcer l’ouverture de sa politique en matière d’économie, en particulier de commerce d’investissement. L’intégration du Kazakhstan dans les principaux réseaux d’infrastructures contribuera à la diversification économique par le biais du développement des secteurs importants de services et de la création de nouvelles opportunités d’investissement.

Relations privilégiées avec la Suisse

A l’orée de son indépendance, le Kazakhstan a proposé des conditions propices pour l’investissement qui ont permis d’attirer près de 300 milliards de dollars américains d’investissements étrangers directs vers l’économie, dont les sociétés suisses réalisent un volume important. D’ailleurs, la Confédération Helvétique fait désormais partie des dix premiers investisseurs au Kazakhstan.

Je me réjouis de voir aujourd’hui environ 40 sociétés suisses, dont ABB, Sika, Nestlé et Glencore, qui exercent avec succès leur activité sur notre marché. Avec des échanges bilatéraux de 3 milliards de dollars américains par an et des perspectives considérables pour une croissance future, la Suisse figure également parmi les principaux partenaires commerciaux du Kazakhstan.

Il existe également un fort potentiel de développement du tourisme entre nos pays. Le Kazakhstan pourrait adopter l’expérience helvétique dans le développement des infrastructures et des services touristiques. Au cours des dernières années, nous avons vu un nombre croissant d’étudiants de mon pays étudier dans différentes écoles hôtelières de Suisse.

L’augmentation du flux touristique entre nos pays enrichira les voyageurs non seulement en les faisant admirer le paysage, mais également en découvrant la culture et les traditions de chacun. Nous devons toujours nous souvenir de nos véritables valeurs de tolérance et de préserver l’harmonie qui se reflète dans l’hospitalité nomade.

La Suisse, pays moderne situé au cœur de l’Europe, a toujours été reconnue comme un partenaire fiable du Kazakhstan. En 2017, nous avons célébré 25 ans d’établissement de relations diplomatiques bilatérales. Le groupe d’amitié interparlementaire a été créé pour faciliter l’échange de vues sur les grandes questions bilatérales et mondiales entre nos membres du Parlement. La Suisse contribue au dialogue constructif sur les problèmes de l’eau en Asie centrale. Le Kazakhstan fait également partie du groupe suisse dans les institutions de Bretton Woods.

Nos deux pays sont dépourvus de littoral et ont dû trouver des solutions à ce problème. Parmi les points communs, il sied de mentionner la tolérance, la politique étrangère pacifique, la médiation internationale et une intégration fondée sur le pragmatisme économique. Nous avons toutes les raisons d’être confiants quant à l’avenir de la coopération entre nos pays.