Alcool: l’abus tue trois millions de personnes par an

0
1340

Selon un rapport publié par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’abus d’alcool a entraîné en 2016 plus de trois millions de décès, soit un décès sur 20. Plus des trois quarts de ces décès concernaient des hommes. L’abus d’alcool représente plus de 5 % de la charge de morbidité au niveau mondial.

« Il est temps d’agir plus fermement pour contrer cette grave menace pour le développement de sociétés saines » Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS

Parmi les décès attribuables à l’alcool, 28 % étaient dus à des traumatismes, consécutifs à des accidents de la circulation, auto-infligés ou provoqués par des actes de violence interpersonnelle; 21 % étaient dus à des pathologies digestives et 19 % étaient dus à des maladies cardiovasculaires, le reste des décès étant consécutifs à des maladies infectieuses, à des cancers, à des troubles mentaux ou à d’autres affections.

On estime qu’au niveau mondial, 237 millions d’hommes et 46 millions de femmes souffrent de troubles liés à la consommation d’alcool. C’est dans la Région européenne et dans la Région des Amériques que les prévalences sont les plus élevées (14,8 % chez les hommes et 3,5 % chez les femmes et 11,5 % chez les hommes et 5,1 % chez les femmes, respectivement). Les troubles liés à la consommation d’alcool sont plus courants dans les pays à revenu élevé.

À l’échelle mondiale, plus du quart (27 %) des personnes âgées de 15 à 19 ans sont des consommateurs actuels.

On estime que 2,3 milliards de personnes boivent de l’alcool actuellement. Dans trois Régions de l’OMS – les Amériques, l’Europe et le Pacifique occidental – plus de la moitié de la population consomme de l’alcool. C’est dans la Région européenne que la consommation par habitant est la plus élevée au monde, même si celle-ci a baissé de 10 % depuis 2010. Les tendances et les projections actuelles indiquent que la consommation mondiale d’alcool par habitant devrait augmenter au cours des 10 prochaines années, en particulier dans les Régions de l’Asie du Sud-Est, du Pacifique occidental et des Amériques.

La consommation quotidienne moyenne d’un buveur est 33 grammes d’alcool pur par jour, ce qui équivaut approximativement à deux verres de vin, à une grande bouteille de bière (de 750 ml) ou à deux verres de spiritueux.

Les taux de consommation actuelle sont les plus élevés chez les personnes âgées de 15 à 19 ans en Europe (44 %), suivis des Amériques (38 %) et du Pacifique occidental (38 %). Les enquêtes en milieu scolaire indiquent que, dans de nombreux pays, la consommation d’alcool commence avant l’âge de 15 ans, et l’écart entre les garçons et les filles est très faible.

Parmi les mesures rentables et qui ont fait leurs preuves pour baisser la consommation d’alcool, figurent notamment l’augmentation des taxes sur les boissons alcoolisées, les restrictions à la publicité ou son interdiction, et les restrictions à la disponibilité de boissons alcoolisées. La probabilité d’instauration de telles politiques est plus forte dans les pays à revenu élevé, ce qui soulève des problèmes liés à l’équité en santé mondiale et souligne la nécessité de soutenir davantage les pays à revenu faible ou intermédiaire.

La quasi-totalité des pays (95 %) appliquent des droits d’accises sur l’alcool, mais moins de la moitié d’entre eux ont recours à d’autres stratégies fondées sur le prix comme l’interdiction de la vente à perte ou des remises sur le volume d’achat. La majorité des pays imposent un type de restriction à la publicité pour la bière, les interdictions totales étant plus courantes pour la télévision et la radio, mais moins fréquentes pour Internet et les médias sociaux.

« Notre souhait est que les États Membres mettent en œuvre des solutions créatives qui permettront de sauver des vies, telles que l’imposition de taxes sur l’alcool et de restrictions en matière de publicité. Nous devons redoubler d’efforts pour réduire la demande et atteindre l’objectif fixé par les gouvernements consistant à réduire de 10 % la consommation d’alcool dans le monde entre 2010 et 2025 », Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS

La réduction de l’abus d’alcool contribuera à la réalisation d’un certain nombre de cibles des objectifs de développement durable (ODD) liées à la santé, notamment en ce qui concerne la santé de la mère et de l’enfant, les maladies infectieuses, les maladies non transmissibles, la santé mentale, les traumatismes et les intoxications.

PARTAGER
Article précédentLa moitié des pauvres dans le monde sont des enfants
Article suivantONU: Inquiétudes exprimées par le Secrétaire général
Catherine Fiankan-Bokonga est la Directrice de publication et la Rédactrice en chef de Klvin Mag, distribué sur l’ensemble du territoire suisse depuis septembre 2016. Elle est aussi correspondante de France 24 & différents médias au Palais des Nations à Genève. Elle est Vice-Présidente élue de l’Association des Correspondants Accrédités auprès des Nations Unies (ACANU) et du Club Suisse de la Presse. Elle a été Vice-Présidente de l’Association de la Presse Etrangère en Suisse et au Lichtenstein (2013-2015).