Adoption d’un Pacte sur les migrations

0
620
Secretary-General António Guterres (centre) addresses the opening of the Intergovernmental Conference to Adopt the Global Compact for Safe, Orderly and Regular Migration. At left is Louise Arbour, Special Representative of the Secretary-General for International Migration and Secretary-General of the Conference, and at right is Nasser Bourita, Minister for Foreign Affairs and International Cooperation of Morocco and President of the conference. Photo UN/Karim Tibari

Plus de 160 gouvernements ont adopté ce Pacte lors d’une conférence intergouvernementale organisée par l’ONU à Marrakech, au Maroc.

Il y a deux ans, lors d’un sommet à New York, l’Assemblée générale des Nations Unies a abordé la question des mouvements massifs de réfugiés et de migrants. Elle s’est achevée par l’adoption de la Déclaration de New York sur les réfugiés et les migrants. Dès lors, les Etats membres de l’ONU ont lancé un processus intensif de consultations inclusives et de négociations, conduites par les gouvernements, qui ont permis l’adoption du Pacte. 
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a qualifié le document de « feuille de route pour prévenir la souffrance et le chaos ». Selon lui, il offre une plateforme pour des mesures « humaines, sensées et mutuellement bénéfiques. »

D’après l’agence des Nations Unies en charge des migrations internationales, cette adoption est une « réalisation historique de la communauté internationale ». Son directeur général, António Vitorino, a rappelé que « la migration est la grande question de notre époque » car près de 260 millions de migrants parcourent le monde. Il a souligné que cette «adoption est une première étape, d’une importance vitale, pour que la migration devienne moins politisée, plus efficacement gérée et que les migrants vulnérables soient mieux protégés de l’exploitation. » Il a ajouté que cela devrait «conduire à un discours plus équilibré, à de meilleures politiques et à une coopération plus large en matière de migration ».

Le Pacte mondial énonce une série de principes, d’arrangements et d’engagements entre les États membres. Ceux-ci incluent des considérations relatives aux droits de l’homme, humanitaires, socio-économiques, mais aussi sur le développement, les changements climatiques et des considérations sécuritaires affectant les migrants, leurs pays d’origine et de transit, ainsi que les communautés qui les accueillent.

L’adoption du pacte, également connu sous le nom de Pacte de Marrakech, coïncide avec les célébrations de la Journée des droits de l’homme et du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

PARTAGER
Article précédentDéclaration universelle des droits de l’homme: 70ème anniversaire
Article suivantRDC: Violations des droits de l’homme
Catherine Fiankan-Bokonga est la Directrice de publication et la Rédactrice en chef de Klvin Mag, distribué sur l’ensemble du territoire suisse depuis septembre 2016. Elle est aussi correspondante de France 24 & différents médias au Palais des Nations à Genève. Elle est Vice-Présidente élue de l’Association des Correspondants Accrédités auprès des Nations Unies (ACANU) et du Club Suisse de la Presse. Elle a été Vice-Présidente de l’Association de la Presse Etrangère en Suisse et au Lichtenstein (2013-2015).